les-etapes-du-deuil

Les étapes du deuil

Le deuil n’est pas une maladie, mais une épreuve pour toute personne affrontant la perte d’un enfant.

Faire face au deuil d’un enfant, peut être un processus long et difficile pour les parents.

On ressort principalement 5 étapes principales dans la phase du deuil :

Choc, déni : cette phase du deuil survient lorsqu’on apprend la perte. La personne refuse d’y croire. C’est une période plus ou moins intense où les émotions semblent pratiquement absentes. La personne affectée peut s’évanouir et peut même vomir sans en être consciente. C’est en quittant ce court stade du deuil que la réalité de la perte s’installe.

Colère : cette phase est caractérisée par un sentiment de colère face à la perte. La culpabilité peut s’installer dans certains cas. Il s’agit d’une période de questionnements.

Négociation : phase faite de chantages…

Dépression : phase plus ou moins longue du processus de deuil qui est caractérisée par une grande tristesse, des remises en question, de la détresse. Les endeuillés dans cette phase ont parfois l’impression qu’ils ne termineront jamais leur deuil car ils ont vécu une grande gamme d’émotions et la tristesse est grande.

Acceptation : Dernière étape du deuil où l’endeuillé reprend du mieux. La réalité de la perte est beaucoup plus comprise et acceptée. Les parents peuvent encore ressentir de la tristesse, mais il a retrouvé son plein fonctionnement. La vie est réorganisée en fonction de la perte de l’enfant.

Les cinq phases ci-dessus peuvent être linéaires mais il arrive souvent de faire des retours en arrière avant de recommencer à avancer. Une bonne façon de traverser un deuil est de comprendre ce que l’on vit et de partager ses sentiments et émotions avec des proches ou des gens qui vivent également un deuil.

Ces étapes ne se succèdent pas forcément. Il ne s’agit pas d’un mécanisme inévitable. Certaines personnes peuvent quitter un deuil et passer à l’ultime étape de liberté d’action, sans que les sentiments qu’elles pouvaient porter puissent être considérés comme négligeables.

Après le deuil, vient le temps de la reconstruction dans laquelle il y aura des phases d’expérimentation, de décision et d’intégration. La reconstruction est une phase tout aussi importante dans le deuil puisque c’est celle qui va nous permettre de nous relever et de (re)vivre pleinement.

Dans cette phase, nous allons commencer par faire des expérimentations, c’est-à-dire, essayer de nouvelles choses, voir ce qui peut nous convenir ou dans notre vie d’après… Ce qui nous amène à prendre des décisions face à ces expérimentations, choisir ce qui nous convient, choisir ce qui nous permettrait d’avancer de nouveau et de vivre… Ensuite, l’intégration est la concrétisation de nos décisions et de leur mise en place !

La reconstruction n’est pas forcément l’étape la plus facile car on peut avoir l’impression de ne plus avancer, de devoir faire des choix très importants qui pourraient faire de nous des personnes différentes. Mais la reconstruction nous permet aussi de voir à nouveau la vie en couleurs et ainsi de vivre pour nous, pour nos anges partis trop tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *